Né à Tokyo en 1962, Takashi Murakami est l’un des artistes japonais les plus influents de ces dernières décennies, il est même considéré comme le successeur de Andy Warhol. Apparue après l’éclatement de la bulle économique qu’a connu le pays à la fin des années quatre-vingt, Murakami appartient à la génération néo-pop japonaise.

Artsy

Il est célèbre pour avoir forgé un nouveau modèle entrepreneurial basé sur le détournement de stratégies de marché. Ce schéma peut également correspondre à la mutation d’une société bâtie sur la consommation aujourd’hui convertie en une économie tournée vers les services, ce qui différencie Murakami d’Andy Warhol et de ses émules, Jeff Koons et Damien Hirst. S’appuyant sur l’histoire politique, culturelle, religieuse et sociale du Japon, il emprunte aussi bien à l’esthétique Kawaii et pop des mangas et des films d’animation qu’aux maîtres anciens de la peinture et à l’iconographique bouddhique.

Heison Ho

Murakami s’inspire des sources traditionnelles japonaises tout en incorporant dans son œuvre des éléments de la culture populaire contemporaine de son pays sous forme d’anime et de manga. Photo de Heison Ho Mû par un imaginaire débridé, Murakami développe un monde étrange et singulier, à la fois sombre et merveilleux, peuplé de personnages fantastiques, d’animaux féériques, de créatures fabuleuses, de monstres malicieux et d’une flore généreuse. Il se caractérise par l’usage d’images fantastiques ainsi qu’un recours à l’expressionnisme qui, à l’époque, constituait un rejet du réalisme et de la tradition. Ce sont ses peintures entre motifs kitsch et personnages de bandes dessinées qui ont fait sa renommé.

Artsy

Takashi Murakami est un touche à tout qui multiplie ses rôles en tant que commissaire d’expositions, conférencier, coordinateur d’événements, présentateur radio, commentateur de presse et agent de jeunes artistes. Sa firme internationale, Kaikai Kiki Co., Ltd., qui canalise une bonne partie de son travail, comme la fabrication en masse de produits dérivés, la production de films d’animation et le design pour entreprises — comme sa célèbre collaboration avec Louis Vuitton —, traduit la volonté de Murakami d’étendre, de façon créative, l’emprise de l’art.